top of page

Zoom sur Camp Perrin

Camp-Perrin (Kanperen) est une commune de l’arrondissement des Cayes, chef-lieu du département du sud de la République d'Haïti. Sa superficie est de 151,42 km2, soit environ 10 000 carreaux. En 2009, sa population était estimée à plus de 40 000 habitants. L'orthographe de Camp-Perrin ne sera pas fixée avant le milieu du XIXe siècle. Camp-Perrin aurait été fondé par Perrin de Saint-Aubin qui arriva de France à Saint-Domingue à la fin du XVIIIe siècle. Perrin de Saint-Aubin aurait établi un camp militaire à l'emplacement de l'actuelle église catholique Sainte-Anne. La commune de Camp Perrin est limitée par Duchity et Pestel au nord, Maniche à l'est, les Cayes au sud et Torbeck à l'ouest. Camp-Perrin est divisé administrativement en trois sections communales : Lévy/Mersan, Champlois et Tibi Davezac.

Camp-Perrin est traversé du nord au sud par la Ravine du Sud, le plus grand cours d'eau du département qui prend sa source dans les hauteurs de Parc Macaya pour arriver sur la plage de Beaulieu/la Cayenne dans la ville des Cayes. C'est la commune la plus haute du département avec une altitude moyenne de 200 mètres. Grâce à cette altitude, Camp-Perrin reçoit plus de 786,2 milimètres de pluie par an et la végétation dense procure un microclimat frais. Ainsi Camp-Perrin a longtemps été un lieu de villégiature des familles aisées de la ville des Cayes. Camp Perrin est divisée en deux quartiers : Le Bas camp menacée par les inondations car elle est à proximité de la ravine du sud et le Haut camp, plus paisible et plus développée.


L'agriculture et le commerce sont les activités principales des Camp-Perrinois. Il y’a pas vraiment d’industrie en dehors des ateliers-écoles de mécanique qui fabriquent principalement des produits en métal. En ce qui concerne l'artisanat, on confectionne des habits traditionnels brodés et la menuiserie. Une prise d'eau aménagée dans la Ravine du Sud à Balanier et un réseau de canaux d'irrigation, construits en 1765 par le colon Pierre Valentin d'Avezac, permet d'arroser près de 3 000 carreaux de terre de la plaine des Cayes où sont cultivés maïs, petit mil, pois, tabac, etc. La partie haute du village, s'appuyant sur la chaîne de Plymouth, donne lieu à la culture de caféiers, de cacaoyers et d'arbres fruitiers (manguiers, avocatiers, etc.) ainsi que de tubercules (patates douces, ignames, maniocs, etc.)

L'élevage est pratiqué par des paysans qui élèvent quelques bovins, porcs, chèvres et poules destinés à l'alimentation ainsi que des coqs de combat pour les gaguères. L'éducation formelle se fait principalement à travers l'école, dans une moindre mesure par les parents. La carence ou l'absence de structures étatiques laisse aux églises chrétiennes un véritable monopole dans le domaine de l'éducation des enfants surtout l’Église catholique avec une école de référence dans la commune, celle de « Mazenode ». Sept stations de radio, et une chaîne de télévision diffusent diverses émissions de savoir-vivre, de santé et d'éducation religieuse. En terme de loisirs et de tourisme, Les Camp-Perrinois aiment danser au rythme du Kompa, la musique nationale. Des bals dont l'entrée est payante sont régulièrement organisés dans des night-clubs. Le sport le plus pratiqué est le football masculin. À l'occasion de la fête patronale qui attire beaucoup de visiteurs chaque été, d'autres genres d'activités culturelles et sportives ont parfois lieu : représentations théâtrales, spectacles de danses folkloriques, courses de vélo, courses à pied, foires agro-artisanales, etc.

Camp-Perrin ne se trouve pas au bord de la mer, la plage de Gelée aux Cayes est à vingt minutes en voiture et celles de Port-Salut et de l'île-à-Vache sont à moins d'une heure. Toutefois, le village n'a rien à envier à ses voisins de la côte. La Prise du canal d'Avezac à Balanier a été aménagée en un site de distraction et de bien-être. La population et les visiteurs se baignent dans l'eau fraîche des différents bassins ou dans la rivière. Durant la semaine de la fête du village, autour du 26 juillet, des groupes musicaux s'y produisent régulièrement. Il y’a aussi la grotte de Kounoubois de l’autre cote de la Ravine, derrière une colline à environ une heure de marche. On peut alors admirer le travail de la nature qui a forgé cette immense grotte, pleine de stalactites et de stalagmites. Vient ensuite le Saut-Mathurine qui est la plus grosse cascade du pays avec plus de 30 mètres de haut et autant de large. On peut y accéder en voiture ou à pied. Lorsque l'eau n'est pas détournée vers la petite centrale hydro-électrique qu'elle alimente pour la production d'électricité du département, c'est une merveille de brouillard et d'arc-en-ciel qui s'offre à l'admiration des visiteurs.

Camp Perrin a beaucoup d’établissements commerciaux, une quinzaine d’hôtel, des caisses populaires et des bureaux de changes. En terme d’éducation, de divertissement et de santé, la commune a deux bibliothèques, une soixantaine d’établissement pour les classes académiques, cinq institutions techniques et professionnelles, des night-clubs, sept stations de radio, deux places publiques et salles de théâtre ainsi que des sites touristiques et monuments, une presse écrite, trois cliniques et un centre de santé avec lit.

Beaucoup de nos communes ont des attraits culturels, touristiques et environnementaux à offrir aux visiteurs et touristes. Mais ils sont inconnus de la plupart de nous. Apprenons à connaitre nos communes et ce qu’elles ont à offrir de beau et de bon. Vous qui connaissez celle de Camp-Perrin, qui en est originaire ou qui voulez ajouter quelque chose dont on a pas parlée, partagez avec nous vos remarques.

6 vues0 commentaire

Comments


bottom of page